Aller au contenu Aller à l'accueil plan du site rechercher Aide sur les raccourcis clavier

Une orientation nouvelle et des unités dédiées... Accueil > Parc Er Vor >

Une orientation nouvelle et des unités dédiées...


Extrait d’un article publié dans la lettre d’information de la FHF Bretagne (février 2007) par M. J-B. Le Ray, Directeur des Résidences MAREVA de 1992 à 2009.

« (...) Le Centre d’Accueil de Parc Er Vor se différencie des autres résidences parce qu’il avait été souhaité par les équipes d’accompagnement et de soins que des nouvelles orientations soient définies par la création d’unités spécifiques de 14 lits dédiées aux personnes présentant des maladies neuro-dégénératives notamment des malades d’Alzheimer.

Cette 4e maison permet donc de compléter le dispositif existant aux Résidences MAREVA en développant des stratégies particulières pour les personnes âgées présentant des déficiences et des handicaps sévères et des troubles cognitifs.

La démarche conduite pour ce nouvel établissement a supposé une approche différente de la conception du cadre bâti par la création sur un seul niveau de trois unités de vie de 14 places et d’une unité plus traditionnelle de 39 places destinée à des personnes à autonomie réduite mais dont la dépendance psychique n’est pas prédominante.

A Parc Er Vor, l’architecture de plain pied privilégie de vastes espaces de déambulation articulés sur des patios favorisant l’incorporation de la nature (le ciel, l’air, la lumière naturelle) dans le milieu de vie. Bâtiments et jardins s’interpénètrent, les jardins sont visibles de l’intérieur et directement accessibles depuis les lieux de vie dont ils constituent les prolongements naturels. Parce que par définition les patients hyperactifs sont des personnes trè-s mobiles, la déambulation doit être facilitée, l’accessibilité doit être privilégiée (suppression des seuils de marche, absence de ressauts, zone de passages libres), les possibilités de repos (banquettes dans le jardin et les circulations) sont disséminées sur les parcrours. Les signalisations, les couleurs, les formes simples des unités permettent partiellement de compenser les pertes de repères dans l’espace. Les horloges, les calendriers et les fenêtres bien visibles permettent eux, de limiter la perte des repères dans le temps.

Au total, il est essentiel de concevoir des parcours variés (parcours exploratoires) avec des circulations en boucles, des espaces suffisamment vastes aux centres d’intérêts multiples poru que le résidant puisse se réapproprier des repères et que l’espace conçu devienne un espace vécu. A Parc Er Vor, la conception de l’espace végétal a été réfléchie de manière à permettre d’abord la stimulation du sens de l’orientation d’où l’importance des repères.

Les éléments, la terre, l’eau, le feu, l’air, prétextes à échange et convivialité, parties intégrantes de la vie de tous les jours, sont posés dans tous les projets mis en œuvre pour favoriser l’émergence d’émotions, de souvenirs, entretenir des repères spirituels et matériels, capter l’attention du résident, mettre des mots et communiquer.

Le choix minutieux de la multiplicité des stimulations sensorielles renforcées par le jeu des contrastes et des ambiences doit interpeller chaque résident quel que soient ses handicaps et l’évolution de sa maladie.

La végétation, suivant le rythme des saisons, pérénnise le repérage temporel. Certaines réalisations, la fontaine et sa cascade, la girouette, les formes de l’espace paysagé contribuent à maintenir le repérage spatial. Ils contribuent des supports à la communication et participent à la création du lien social.

Dans cet établissement, à partir des couleurs, des senteurs, des formes, des reliefs, les choix ont été variés pour mettre en mouvement des paysages et conforter les repères permanents dans l’espace et dans le temps. Les harmonies, les contrastes, le clair, l’obscur, permettent de créer des ambiances et contribuent aussi à la préservation de la vie autonome en prenant en compte le patient et sa famille. L’environnement décliné apporte quiétude et sérénité.
Ce qui est signifié doit rester à la porté du résident. Il s’agit :
-  d’améliorer la conservation de la mémoire ;
-  de préserver les capacités fonctionnelles ;
-  de développer les interactions sociales ;
-  de renouer le dialogue et recréer du lien entre la personne âgée et son entourage.

Par cette démarche, à Parc Er Vor, les professionnels sont ainsi en mesure d’atteindre leurs objectifs dans la relation d’aide et d’accompagnement. L’espace végétal, espace familier ressemblant au jardin qui aurait pu être celui de chacun des résidents, constitue véritablement le point d’ancrage, de stabilité et d’équilibre. Il est un espace thérapeutique. Comprendre, accueillir, accompagner les personnes présentant des maladies neuro-dégénératives avec en perspective le maintien des liens sociaux dans un cadre de vie adapté nécessite que, coûte que coûte, la communication soit maintenue avec le résidente. Il faut continuer à s’adresser à la personne quand on sait qu’il est tentant de ne pas écouter la personne confuse ou d’ignorer celle qui répète toujours les mêmes mots.

Il est donc indispensable pour que l’entourage ne se détourne pas de la personne souffrante de disposer de supports multiples pour préserver la relation humaine et affective, la relation d’aide.
(...) »


Navigation

Lettre d'information |  Liens externes


Forum désactivé


RSS rubrique Afficher le contenu dynamique RSS de Résidences MAREVA